Interview de l'intervenant Sam Ramachandra, Le Parisien

Subpage Hero

Subpage Hero

Use the featured image to change the subpage hero.

Optimisez vos coûts dans le cloud

 

« Le Cloud permet de se concentrer sur le métier du Parisien, à savoir mettre à disposition des outils performants tant en interne pour la rédaction que pour les clients. »

  • Une expertise technique du Cloud

Sam Ramachandra est CTO pour Le Paisien (Groupe Le Parisien – Les Echos). Elle a toujours évolué durant sa carrière au sein des DSI. A partir d’un profil Développement, elle se tourne vers la gestion de projet et d’équipes de développement. Aujourd’hui, elle est Responsable de l’équipe technique au Parisien composée de Dev, Ops et consultants IT.

 

« J’ai vu progresser le Cloud lorsque j’ai débuté au poste de Dev en 2003. Les SI d’entreprises étaient essentiellement en mode On Premise. Pour des questions d’optimisation de coût, ces mêmes SI migraient petit à petit vers le Cloud, gagnant ainsi en agilité notamment lorsqu’un environnement IT devait être disponible très rapidement. Sur le Cloud, en moins d’une journée, il était possible de bâtir tout un environnement pour héberger un applicatif. Je me suis intéressée au Cloud par nécessité. Nécessité d’agilité, nécessité de rapidité et nécessité d’optimisation de coût. Tout particulièrement la rapidité, car à l’époque aux Galeries Lafayette, la création d’un environnement recette exigeait que l’on passe une commande de machines. Opération qu’il fallait anticiper deux mois à l’avance. Or sur le Cloud, je peux construire ce que je souhaite en une journée. »

 

Une situation toujours d’actualité, lorsque Sam Ramachandra a besoin d’un environnement de test ou de production, elle reste totalement autonome pour le faire. Depuis 2017, elle travaille avec AWS de préférence, car c’est plus facile de créer un écosystème sur cet environnement. « Mais que ce soit sur les Cloud Google, Microsoft ou Amazon, on reste indépendant. Il suffit d’avoir des crédits pour commander ».

 

Le travail de Sam Ramachandra débute avec la conception de l’architecture jusqu’à l’aboutissement du projet. En d’autres termes, elle utilise les services proposés par l’environnement Cloud choisi depuis la partie développement jusqu’au déploiement : « Cela signifie que le Cloud n’est pas pour moi un simple moyen pour construire une application. Dans ma réflexion, je pense dès le départ au déploiement. Par exemple, sur AWS, si j’ai besoin d’une base de données, je m’oriente plus sur le service AWS qui me propose une base RDS. De ce fait, je conçois mon application en fonction du Cloud dans lequel je suis ». Et donc, la migration vers un autre environnement n’est plus aussi transparente … Si Sam Ramachandra désire basculer sur Azure, il lui sera nécessaire de monter en compétence sur cet environnement pour connaître les services équivalents à ceux qu’elle utilise aujourd’hui sur AWS (pour aller sur des bases spécifiques à Microsoft, soit du MySQL ou de NoSQL), puis migrer sur les bons services.

 

Le choix de miser sur une compétence lui évite, à elle et son équipe, de se retrouver dans des situations difficilement viables à long terme avec de la multi-compétence.

 

Son rôle au quotidien est d’accompagner, sur le plan technique, au niveau des applications proposées au Parisien, apporter de l’innovation et enfin, bien intégrer l’agilité au sein des environnements de travail. En d’autres termes, elle doit faire en sorte que la culture DevOps imprègne bien toutes les propositions techniques faites au Parisien. « Je valide les différents choix d’architecture qui sont pris. Je m’assure également de la conformité en matière de sécurité. Et enfin, je veille à ce que l’innovation soit toujours moteur en termes de propositions de solutions (sur les fonctionnalités, les choix d’architecture comme le micro-service, l’infrastructure …). »

 

Avec son équipe composée d’une quarantaine de personnes dotées de profils différents, Dev, Ops, QA (Assurance Qualité) et lead Dev Front et Back, elle s’assure qu’il y ait une véritable cohérence au sein du SI du Parisien au niveau des applicatifs (site web du Parisien, l’application du Parisien.

 

  • Le Cloud au Parisien

« Le Cloud permet de se concentrer sur le métier du Parisien, à savoir mettre à disposition des outils performants tant en interne pour la rédaction que pour les clients. Donner une impression de fluidité dans le travail au quotidien. Il nous permet de nous focaliser sur le métier de l’entreprise et non plus sur des problèmes d’infrastructure. » Côté technique, tout est automatisé. La conception de nouveaux environnements se fait par script ce qui permet de monter une plateforme rapidement.

 

Pour Sam Ramachandra, Le Cloud est synonyme de gain de temps. Aujourd’hui de simples clics lui permettent de mettre en oeuvre des environnements sans compter que l’erreur de choix est désormais possible sans conséquence financière lourde. Le Cloud est un gain en termes de coût également, en termes d’amortissement.

 

A l’avenir, en dehors de l’innovation vers de nouveaux services, ce sont les aspects sécurité qui sont mis en avant dans la Roadmap avec l’authentification, la sécurité des données et leur analyse.

  • La Tendance

 

  • La tendance est parfois d’être sur deux hébergeurs différents

 

  • Développement de l’Intelligence Artificielle dans le Cloud

Sponsors

Sponsor THEATRE 2023

Sponsor THEATRE 2023

Sponsor Platinum 2023

Sponsor SILVER 2023

Sponsor SILVER 2023

Sponsor SILVER 2023

sponsor THEATRE DevOps 2023

sponsor THÉMATIQUE DevOps 2023

PARTENAIRES

Partenaire Média

Partenaire Média

Partenaire Média

Partenaire média

Partenaire média

Partenaire média

Partenaire média

Partenaire média

Partenaire média

Partenaire média

Partenaire média

Partenaire média

Partenaire média

Partenaire média

Partenaire média

Partenaire média

Partenaire média

Partenaire média

Inscription à la newsletter


 

RDV au salon dans :


INSCRIPTION GRATUITE